La Pathologie du dysfonctionnement des glandes Meibomius

Le dysfonctionnement des glandes de Meibomius serait identifié comme la principale cause du syndrome de l’oeil sec à travers le monde». Voici les mots qui ouvrent le rapport du premier Congrès Mondial sur le dysfonctionnement des glandes de Meibomius organisé en 2010 par l’ARVO (Association for Research in Vision and Ophtalomogy) et réunissant plus de 50 membres, parmi les plus grands experts de la recherche et de l’ophtalmogie venus du monde entier.

Le Syndrôme de l’oeil Sec (SOS) (Dry Eye Disease, DED) est une pathologie commune qui touche selon les régions entre 5 et 15% de la population, avec une prévalence corrélée à l’âge. Les conditions de vie moderne - travail sur écran, conduite automobile, lumière artificielle, pollution atmosphérique, port de lentilles de contact- rendent cette affection encore plus gênante et plus fréquente.

D’une manière générale, la sécheresse oculaire résulte d’une atteinte du film lacrymal en raison, soit d’une production insuffisante de larmes, soit d’un excès d’évaporation de celles-ci (forme évaporative).

Il est maintenant admis que la très grande majorité des cas relève de la forme évaporative, due principalement à l’absence ou l’insuffisance de la couche externe lipidique du film lacrymal, secrétée par les glandes de Meibomius.

Les cellules de Meibomius sont disposées au nombre d’environ 80 dans le tarse des paupières supérieures et inférieures venant s’aboucher au niveau de la ligne grise, en arrière des cils.

Ces cellules produisent une phase grasse dont le rôle est d’empêcher l’évaporation des larmes, de s’adapter aux modifications de surface liées au clignement et d’assurer un rôle optique en gardant un dioptre parfaitement convexe.

Les lipides sont constitués d’acides gras polarisés dont la fluidité est assurée par la température corporelle et non polarisés en surface donnant la stabilité du fluide lacrymal et permettant la lubrification du plan conjonctival palpébral. La contraction du muscle de Riolan va permettre l’étalement du film lacrymal.